Flux RSS

Présentation aux Centres de secours.

Présentation aux Centres de secours.

Je me présente, Bral Christophe, kinésiologue et consultant en gestion du stress certifié One brain tree in one concept. Je totalise actuellement presque 700 heures de formation dans le secteur du mieux-être et je suis là (ou je me présente à vous?) pour plusieurs raisons que je vais vous exposer ici.

Kinésiologie signifie « Etude du corps au travers du mouvement ». Le principal outil utilisé est le test musculaire. Pour ce faire, une pression légère (un kilo environ) est exercée sur un muscle mis en extension. C’est à dire que nous rapprochons l’origine et l’insertion de ce dernier. De cette manière, nous pouvons établir un protocole de communication binaire avec le corps. Soit le muscle verrouille et indique un tonus fort. Soit le muscle déverrouille et indique un tonus faible. Le muscle est dit « indicateur ».

Avant d’aller plus loin, parlons du stress pour commencer (pas utile, c’est redondant) et définissons le cadre dans lequel j’utilise ce mot. Physiologiquement, sous stress, parmi les dizaines de facteurs physiologiques se mettant en action, intéressons-nous à l’irrigation de notre corps en flux sanguin. Ce dernier quitte la périphérie du corps. Il y a plusieurs raisons à cela, dont gorger les organes vitaux en sang, le corps poursuit instinctivement une logique de survie. Le sang quitte aussi la zone antérieure du cerveau, l’endroit où les véritables choix conscients peuvent être pris. Par choix conscient, j’entends « option nouvelle non basée sur une expérience du passé ». A l’inverse, sous stress, c’est la z.i.c. (zone d’intégration cognitive) qui prend le relais. C’est cette zone où est enregistrée la réaction que nous avons eu face à une situation stress lorsqu’il s’est présenté pour la première fois dans le passé. Je vais utiliser un exemple fictif pour illustrer mes propos.

Lorsque nous rencontrons un ours pour la première fois, notre corps réagit instinctivement de manière à survivre, certains groupes musculaires sont gorgés en sang, ce sont ceux qui nous seront les plus utiles pour les fonctions « lutte et fuite ». Imaginons que nous apercevons tout près de nous un arbre, une fois ce dernier escaladé, nous échappons à l’ours. La prochaine fois que nous rencontrerons un ours, sans plus y réfléchir, nous chercherons après un arbre à escalader. Malheureusement, s’il s’agit d’un grizzli, il arrache l’arbre, et nous sommes morts.

Que s’est-il passé ? Eh bien sous stress il peut être important de savoir ce que nous avons à faire dans certaines situations, si ce comportement appris est assurément le meilleur. Ce peut être le cas dans la vie professionnelle, mais dans notre vie quotidienne, est-ce vraiment ce que nous souhaitons ? C’est le cadre de ma fonction, diminuer le stress sur un thème précis afin d’aider les individus à être réellement et consciemment aux commandes des choix qu’ils sont amenés à faire. (phrase bizarre. Ils sont amenés à faire des choix, et ceux-ci peuvent se faire plus consciemment grace à ta pratique, si c’est ca que tu veux dire c’était pas la manière la plus claire de le dire, c pour ca que j’ai corrigé)

Mon rôle est donc de « défuser » chez le bénéficiaire les stress l’empêchant d’être aux commandes de réels choix conscients qu’il pourrait être en droit d’attendre de lui-même (le « de faire » est à supprimer). Nous allons passer à une démonstration qui illustrera au mieux ce qu’est une fusion, et comment cette dernière peut avoir une influence sur notre structure.

A l’aide d’un volontaire issu du public, nous allons procéder comme suit. La personne est debout, bras tendus latéralement au corps, paumes vers le bas. De cette manière, le deltoïde moyen est en extension, ce qui correspond à la position de test de ce muscle. En exerçant une pression vers le bas, nous constatons que le muscle verrouille. Il est alors demandé au volontaire de bien vouloir lire un texte alors que nous testons le muscle de la même manière. S’il verrouille, ce qui est le plus souvent le cas, alors que la personne est occupée à lire, nous induisons un stress à un muscle en le « pinchant ». Le « pinch » consiste à pincer le muscle dans son ventre en partant de l’extérieur vers l’intérieur de ce dernier. Le muscle testé immédiatement après le pinch, alors que la personne est toujours occupée à lire, déverrouille, se faisant l’indicateur d’un tonus musculaire faible. Le stress induit artificiellement étant d’importance négligeable, nous pouvons constater que le muscle a retrouvé son intégrité de lui-même. Il est donc testé à nouveau sans que la personne ne soit occupée à lire. Si nous lui demandons par contre de recommencer la lecture pour tester à nouveau ce muscle, nous constatons qu’il déverrouille, il y a fusion. Il est question ici d’un petit stress, d’une fusion peu importante, qui disparaît immédiatement comme nous pouvons le constater en testant à nouveau. Nous venons de définir ce qu’est une fusion émotionnelle, mon métier consiste donc à « défuser » ce type de stress.

Nous allons maintenant à l’aide d’un autre volontaire faire la démonstration de ce que le stress peut avoir comme influence sur notre posture. Comme pour chaque séance, nous commençons toujours de la même manière. Le bénéficiaire est debout, bras tendu à 30° degrés. Le consultant est assis, mains posées sur les avant-bras du bénéficiaire. Une faible pression est exercée afin de vérifier l’intégrité du deltoïde antérieur utilisé comme muscle indicateur. Afin de vérifier l’intégrité des muscles, nous « pinchons » ces derniers. A pression égale, le muscle déverrouille la plupart du temps. La manœuvre inverse, le « dépinch » , à pression toujours égale, donne pour résultat un muscle indicateur fort. S’en suit une série de pré-tests ayant pour but, d’une part, d’avoir l’assurance que la personne ait conscience que c’est bien son corps qui répond. Et s’assurer la plus grande fiabilité possible du test musculaire.

Nous ancrons ensuite un objectif, cette fois, la manœuvre consiste à demander à la personne de penser à une situation stressante pour elle. Alors qu’elle s’exécute, le consultant exerce une pression d’un kilo environ, si le stress est suffisamment important, le muscle déverrouille, le corps sait de cette manière le sujet sur lequel nous allons travailler.

Nous allons maintenant tester un ensemble de 14 muscles, pour cette opération, le bénéficiaire et le consultant sont debout, le procédé est identique pour chacun des muscles, l’insertion et l’origine sont rapprochées, ensuite, c’est toujours une pression d’un kilo qui est exercé dans le sens du mouvement. Ce n’est pas la force qui est testée, c’est le tonus du muscle. Le corps est de cette manière utilisé comme une grille de lecture. Les deux premiers muscles testés seront corrigés immédiatement, pour ce faire, il existe bien des façons qui seront développées sur place. C’est ensuite un ensemble de 12 muscles qui seront testés, il sera noté les muscles qui verrouillent et ceux qui déverrouillent. Nous procéderons ensuite à la correction d’un seul de ces muscles qui permettra de les corriger tous. Pour vérifier que la correction aura été efficace, nous procéderons au test des 12 muscles précédemment testés.

Il aura été demandé au volontaire d’évaluer subjectivement le confort postural avant et après. Dans un grand pourcentage de cas, le sujet testé note un mieux-être immédiat. (Cette partie de la démonstration dure environs 15 minutes.)

Seront alors présentées au public des techniques d’auto-massage dont certains permettent de détendre la totalité de la chaîne arrière et d’autre plus particulièrement la nuque.

La suite de la présentation sera aléatoire pour partie, il sera procéder à une séance dans une forme de démonstration. Les différentes grilles de lecture au travers desquelles nous cheminerons seront autant d’excuses pour parler de la manière de mieux gérer notre stress au travail. Vous trouverez ci-joint un lien qui renvoie au déroulement détaillé d’une séance. La forme adoptée plus allégée sera l’occasion de donner lieu à diverses explications sur la responsabilité individuelle de notre bien-être ainsi que sur des techniques de communication reposant sur des modèles porteurs d’une grande efficacité.

Comment se déroule une séance ?

L’ensemble de la présentation dure environs 2h00 et ne nécessite aucun matériel en particulier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :