Flux RSS

Changer est impossible, se découvrir par contre…

De tout les adages populaires, un des plus ravissants à mes yeux, reste : « On ne change pas, on s’améliore… »

Est-ce la vérité ? Nous avons grandi avec toutes sortes d’idées qui parfois venaient de nous, et parfois, ont été adoptées au cour de notre évolution tant elles semblaient séduisantes. Sommes-nous seulement la somme de ce que que nous croyons. Je tente ici d’apporter une nuance singulière au « Qui suis-je ? » La question étant, tout ce que je pense m’appartient-il, ou sont-ce là des idées adoptées à un moment de mon existence où il ne me semblait pas y en avoir de meilleures ?

Une petite digression me permettra peut-être de me donner l’impression d’être plus clair. Nous vivons dans notre coin du vaisseau terre sous un régime dit de démocratie indirecte de droit constitutionnel. Une formule pompeuse pour exprimer qu’il nous est proposé (où imposé, comme en Belgique), de céder une parcelle de notre pouvoir à un individu, ou groupe d’individus, qui, s’il en collecte plus que ses adversaires, pourra la faire valoir mieux pour le profit du plus grand nombre… Une idéologie choisie par des millions de gens au profit de dizaines de millions d’autres. C’est évidement la moins mauvaise façon de faire connue de notre monde civilisé. Il va sans dire que si nous attendions de chacun qu’il soit pleinement responsable de lui-même, peut-être aurions-nous moins besoin de lois pour nous rappeler d’être les acteurs d’une vie communautaire pour le moins confortable. 

On ne change donc pas ? Et si nous découvrions tout simplement que nous nous sommes trompés sur nous-mêmes, si ces idées dont nous avons fait les nôtres (je dirais que nous avons fait nôtres) étaient une substitution de ce que nous pensions vraiment. N’avons nous aucun droit à l’erreur ? Et non, c’est grave de se tromper. Mettons sur le côté les goûtes à tous???? qu’est-ce que c’est tant que j’y trouve mon compte, les retourneurs de vestes à foison, les indécis préférant vous demandez de sauter dans l’eau afin que vous puissiez leur dire si elle est froide oui ou non… Je parle de ces croyances encrées en nous, dont nous pensons qu’elles sont nous-mêmes tant elles nous sont attachées depuis longtemps.

Il n’y aurait donc que deux manières de se construire ? L’une étant d’adopter les idées, croyances, de nos parents, et de toutes personnes à qui nous laissons la possibilité d’avoir de l’autorité sur nous. Ou contre ces dernières ? C’est sans compter sur notre capacité à réfléchir par nous-mêmes. Et ce, même si nous manquons d’exemples.

Tant que nous croyons fermement que quelque chose est vrai, elle l’est indéniablement. Et si nous cessions de croire qu’elle l’est ? La sacro-sainte culpabilité est-elle à ce point tenace que nous remettre en question reviendrait à se dire que nous avons foiré toute une partie de notre vie ? Il n’est pas encore possible de changer le passé, mais il est toujours loisir (loisible?), dans le temps présent, de prendre un virage à 180° afin de construire un futur plus épanouissant.

Il est important de se souvenir de ce que fût notre parcours.. C’est avec l’aide de cette expérience que nous pouvons cultiver notre sagesse, fruit de nos expériences.

 

« Ic et nunc », ici et maintenant, folâtrer dans une rêverie future, ou se perdre dans le passé, nous coupe de cet instant unique, battement de cil, dont il serait regrettable de penser que nous ne l’avons pas saisi, car, dans ce temps, combien ce sont présentés sans que nous ne les voyons ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :